Sauter la navigation

Je suis très contente car ICE COCO évolue pas trop mal, elle ne sera pas aussi grande que sa mère qui toise au maximum du standard 60 cm.

elle sera plus petite, elle a de jolies allures elle étend bien les antérieures devant et poussent bien derrière, le dos droit et la queue dans le prolongement du dos ce qui donne une superbe ligne de dos aux allures enfin elle trotte sur une piste unique et non pas ouverte devant en serrant derrière, les postérieurs et les antérieurs se déplacent sur la même ligne intérieure sous le chien.

ENFIN AU niveau caractère elle a eu une période où elle refusait tous les contacts avec les étrangers, maintenant elle se laisse caresser fait des lichettes sur les doigts des gens et se laissent caresser.

ENFIN un peu stressée au début sur les marchés et sur les vides greniers elle a gagné en assurance..tout se met en place lentement elle n’a encore que 5 mois

231220012 318

« Dès les années 1960, le développement de médecine vétérinaire nous a permis de nous adapter au développement d’examens vétérinaires de plus en plus sophistiqués.
Progressivement le décryptage du génome canin et le développement des connaissances sur les maladies héréditaires ont vu arriver sur le marché des tests prédictifs.
Nous commençons à percevoir les limites de cette approche très ciblée qui amène à considérer la sélection autour d’un organe ou d’une partie d’organe : la qualité d’un oeil,  la qualité d’une tête de hanche. Cette approche présente le défaut d’être trop orientée et de ne pas répondre à une approche zootechnique du sujet dans son ensemble. »

IL faut repérer les affections héréditaires invalidantes certes, mais il faut surtout les hiérarchiser dans ce qu’elles représentent en tant qu’infirmité.

C’est là où l’approche génomique qui permet de mettre en avant les gènes d’intérêt sur l’ensemble de l’individu présente toute son importance. Notre espoir porté par cette science est que l’on puisse un jour déterminer que tel ou tel reproducteur soit porteur de plus de gènes d’intérêt que de gènes défavorables. » Christian Eymar Dauphin Président de la Société centrale canine.

Un éleveur doit avoir l’oeil zootechnique et être capable  par des recherches auprès des ascendants, des collatéraux et sur l’éventuelle descendance du mâle qu’il compte mettre sur sa chienne d’envisager le patrimoine génétique que ce mâle est susceptible de transmettre. Travailler sur plusieurs générations permet aussi à un éleveur de visualiser le patrimoine génétique transmis génération après génération et refaire plusieurs fois le même mariage et pour moi le meilleur moyen d’avoir la meilleure visualisation des gênes d’intérêts transmis.

J’ai gardé après plusieurs mariages entre California et Angel tous les deux issus de mon élevage une chienne qui s’appelle Ice coco, elle est âgée de 5 mois. Tout ce que je recherche c’est une morphologie, des qualités morphologiques, une construction. Elle n’est même pas testée pour la surdité tout ce que je vois c’est quand je la rappelle, elle revient. CELA ME SUFFIT.  ET Tant que sa croissance ne sera pas terminée, je serai toujours dans l’expectative et c’est pour moi de première importance cette approche zootechnique.

231220012 300TROIS MOIS ET DEMI

pour le moment elle est en train de perdre ses dents de lait. et le travail de sociabilisation continue.

En ce moment après être sortie seule pendant un mois, elle sort à l’extérieur avec un adulte confirmé pour qu’elle copie son comportement sur celui de l’adulte confirmé sociable avec les autres chiens et les gens.

La semaine prochaine elle ira aux cani-classes qui est une école pour les chiots : six séances d’abord.

Savoir si elle sera une star des rings me semble très prématurée (‘ à lire l’article ci-dessous). si elle ne l’est pas elle restera à la maison comme chienne de compagnie et pour le moment je m’efforce qu’elle soit une chienne de compagnie agréable à à vivre et à l’aise partout. ELLE est d’un caractère méfiant, sortir avec un adulte plus affirmé et plus à l’aise comme son arrière grand mère starlight lui fait le plus grand bien, comme STARLIGHT va au devant des autres chiens et des gens elle fait de même : le chiot agit par mimétisme en copiant le comportement des adultes de sa meute .

cet article se trouve sur le livre officiel du dalmatien club américain.

« Que vous évaluiez votre propre portée ou que vous achetiez un chiot chez un éleveur, il est nécessaire de prendre une décision considérant les mérites relatifs de plusieurs chiots dans une portée. Quoique qu’il faudrait lire dans une boule de cristal pour prédire exactement comment un chiot évoluera vers l’âge adulte, il y a cependant un certain nombre d’éléments à considérer pouvant aider à améliorer les probabilités.

la plupart dess éleveurs ont leur propre théorie sur l’âge correct et la meilleure méthode pour évaluer une portée. Quelque uns vous dirons que c’est alors qu’ils sont encore mouillés, trois minutes après la naissance, ou trois jours ou trois semaines, mais la plupart regardent les chiots évoluer et font leur sélection vers 6 ou 7 semaines. A cet âge il est possible d’éliminer les chiots ayant un patch, ou qui ont un manque de pigmentation ou une distribution des taches inadéquate. Les chiots ayant des problèmes significatifs d’aplombs comme des jarrets de vache, un dos voussé ou un corps très long sont visibles même à un oeil non entraîné.

A six semaines,  le chiot a son patron de robe de base, a idéalement le pourtour des yeux pigmentés ainsi que le nez, a une dentition en ciseaux, a les testicules en place pour les mâles. Les éleveurs expérimentés disent que les proportions du chien et les lignes générales sont évidentes à six semaines, et que leurs allures sont aussi visibles. A l’âge de 8 ou 10 semaines, beaucoup de chiots s’allongent, ou grandissent et deviennent maladroits, et qu’il est préférable de prendre sa décision plus tôt et ne pas s’interroger une seconde fois plus tard.
Des photos prises sur une table dans toutes les positions et sur tous les angles prises à six semaines permettent de mieux visualiser le chiot que de regarder un chiot en pleine activité en train de jouer. Les photos permettent aussi de comparer avec les précédentes portées et sont un élément important dans le processus de décision. Il est préférable de prendre les photos quand les chiots ont l’estomac vide et qu’ils ne sont pas gras. Une vidéo peut être intéressante mais des photos instantanées aident plus pour comparer et étudier chaque chiot.

S’il est possible d’évaluer, de comprendre et d’apprécier la construction correcte d’un dalmatien adulte, il est certainement pas possible d’évaluer une portée avec beaucoup de certitude et de succès. Une jolie robe, des oreilles qui entendent, et bien portées, un complète pigmentation du museau et du pourtour des yeux, une dentition en ciseaux et aucun patch  ne sont pas suffisants pour faire de n’importe quel chiot, un chien susceptible d’être une star des rings. IL est préférable de classer les chiots entre ceux qui n’ont pas de défaut dis qualificatifs empêchant leur présentation sur un ring.

De plus un chiot de six semaines peut s’améliorer sur certains points , il n’est peut être pas nécessaire d’écarter un chiot qui semble un peu court, des taches un peu baveuses peuvent devenir plus nettes, un nez ou un oeil à qui ils manquent un ou deux millimètres de pigmentation peut se terminer. Des queues portaient hautes peuvent s’abaisser, la couleur des yeux peut changer et les pieds peuvent s’améliorer si le chiot fait plus d’exercice. Cependant si les deux parents, ont des taches baveuses, un manque de pigmentation, ou portent le fouet haut, ou des yeux clairs, les chances que ces défauts s’améliorent ne sont pas très bonnes. C’est pourquoi une connaissance objective du standard et celle des ascendants figurant au pedigree des chiots est nécessaire. SI l’éleveur n’est pas capable d’évaluer les défauts du père ou de la mère des chiot, il sera incapable d’évaluer la portée.

Ne soyez pas pressé de faire des plans sur la carrière de star des rings d’un chiot de six semaines, quoiqu’il soit prometteur à cet âge car beaucoup de choses peuvent mal tourner.

Élever n’est pas une science exacte, et des surprises désagréables peuvent surgir dans une portée soigneusement planifiée. Ne pensez pas parce ce la mère et le père sont de taille moyenne, avec de belles robes et un port de queue correct que tous les chiots seront dans le même modèle. Si dans le pedigree  se trouve un grand père ou une grand mère de grande taille, avec une robe baveuse il est fort probable qu’un chiot ou même plusieurs héritent de ces traits. Il y a de grande variation dans une race, c’est pourquoi il est très important de connaître les chiens et leur pedigree avant de planifier une portée. Et c’est pourquoi l’éleveur qui se déplace souvent en expositions depuis de nombreuses années est plus à même de connaître ces chiens car il les a vus sur les rings. L’éleveur qui reste chez lui ne connaît que des noms sur un pedigree et des photos qu’il peut consulter sur internet.

Il y a de grandes différences de tailles chez le dalmatien et la plupart des lignées peuvent produire occasionnellement un chien trop grand. Il est très difficile de prévoir la taille d’un chiot et le plus petit chiot de la portée peut à l’âge adulte être le plus grand de la portée. Et bien que le patron de robe de base soit visible à six semaines, certains sujets peuvent avoir les taches qui s’agrandissent et un chiot bien taché à six semaines peut être trop taché à l’âge adulte. Les chiots moins tachés doivent avoir des taches de bonne taille pour être attractif et les chiots dont les taches ne s’agrandissent pas sembleront trop blancs à l’âge adulte. Certaines lignées produisent des mouchetures qui sont de très petites taches qui s’intercalent entre les grosses taches. Ces mouchetures ne sont pas visibles à six semaines et peuvent apparaître après.

Les taches doivent être rondes, et uniformes en taille, bien délimitées et bien contrastées sur le blanc de la robe. les chiots qui ont des taches baveuses (ces poils blancs dans les poils noirs) seront certainement pareils à l’âge adulte. Mais d’autres chiots qui ont le poil un peu long peuvent les perdre après six semaines et ensuite avoir des taches claires bien rondes et contrastées. La robe du dalmatien évolue donc encore après six semaines.

dans certaines lignées, tous les chiots portent le fouet haut à six semaines. Si les ascendants des chiots ont de bon port de queue, il peut être espérer que les fouet vont redescendre mais il est difficile de prédire quel chiot gardera la queue haute.

Les yeux sur les chiens noirs peuvent s’éclaircir avec l’âge alors que les yux des chiens foie normalement foncent avec l’âge.

Un nez ou le pourtour des yeux peuvent se finir dans la plupart des cas après six semaines et spécialement chez le chien foie mais ils peuvent aussi ne pas bouger. Enfin un chiot avec une dentition parfaite en ciseaux à six semaines peut se retrouver après la chute des dents de lait et la pousse des dents définitives avoir une dentition en pince ou être prognathe. »

à suivre….

en train de jouer avec sa mère231220012 264

231220012 208

231220012 222

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ICE COCO  sera bientôt âgé de 3 mois le 15 mai.

d’abord ses deux grands mères la championne Internationale et de Belgique Toulouse von den Beverstedter Mulhen et la multi championne Ultramarine de la Tour de la Bastide surprises toutes les deux couchées l’une à côté de l’autre dans le jardin.231220012 159

231220012 163

d’autres photos de Ice coco sous le lien suivant

http://www.mes-dalmatiens.com/dalmatien1/crbst_17.html

Je poursuis la sociabilité de Coco et hier nous avons fait la rue piétonne et pendant que je rentrais dans  les boutiques pour regarder les portants elle fouillait sous les vêtements et trouvait un bout de d’étiquette à mâchouiller un bout de plastique à mordre…et comme j’ai rencontré une amie nous sommes allées dans un café boire chocolat car il ne faisait pas chaud… la question est « quelle âge a – t’ il ….préciser que c’est une femelle…. et combien elle est belle avec ses taches marron….et caresses et petites léchouilles …. »

enfin après mon développement social se poursuit et cet après midi je compte l’emmener sur un lieu où les agenais promènent leur chien et leur famille …

Enfin si elle est encore trop jeune pour aller en expositions canines et si je ne sais pas encore si elle sera un sujet capable de remporter des récompenses  je lisais ce matin ce sujet écrit par le docteur Frédéric Maison qui m’a inspiré ce post.

« il faut avouer qu’aux yeux du profane, les expositions canines ne sont ni plus ni moins qu’un rituel dominical pour déficients mentaux ! (qui n’auraient d’ autre souci que de flatter leur égo). IL faut dire que le fait de voir quatre chiens trottant sur un cercle, traînés par leurs propriétaires sous le regard soit disant connaisseur d’un cinquième homme situé au centre du ring semble avoir un caractère futile et grotesque.  Ce cinquième homme conscient du caractère irrévocable de sa décision, le juge donc distribue sèchement des cartons de couleur aux exposants à bout de souffle d’avoir tournés en rond comme des toupies et à bout de nerfs, déclenchant par le fait et simultanément sauts de joie, protestations, embrassades, applaudissement, colère et jurons. Le tout dans un hall lugubre et poussiéreux de banlieues dans lequel règne un subtil mélange d’odeurs de saucisses grillées, de produits de toilettage et de matières fécales.

IL faut dire qu’il y a des endroits plus agréables pour passer un dimanche. Et de nombreuses expositions sont fort ennuyeuses : pas d’exposants, pas de boutiques, un hangar sur un parking de bitume sans un brin d’herbe…..un parking éloigné du lieu de l’exposition,  la volonté de certains organisateurs à ce que tous les exposants arrivent à 9 h pour un jugement qui n’aura lieu qu’à trois heures. Vous avez alors intérêt à vous munir d’un bon livre mais lire dans tout ce brouhaha d’aboiements de chiens, ou d’appels d’une sonorisation semble vite difficile)….

D’abord avant d’aller en exposition, la connaissance et l’utilité du standard de la race  : c’est sur la description détaillée de ce que doit être un bon représentant de la race que doit s’appuyer les éleveurs. Le standard est peu parlant aux yeux des néophytes, il ne comporte ni croquis, ou photos et quelques données chiffrées, mais pour les éleveurs expérimentés qui se sont confrontés suffisamment longtemps aux difficultés de  l’élevage ou qui ont exposé depuis de nombreuses années, le standard devient clair et explicite car il met l’accent sur les défauts les plus courants et souligne les qualités typiques de la race. Ce document rédigé par des connaisseurs s’adresse à des connaisseurs. IL faut lire et relire et relire encore les informations données pour en connaître toutes les subtilités. Même si l’on pense bien le connaître, on en retire à chaque lecture quelque chose de nouveau.

Je dois dire que pour avoir fréquenter les rings européens, il m’est vite apparu que certains éleveurs avaient une interprétation toute personnelle du standard, jusqu’à nous dire qu’il y avait un type anglais, un type nordique, un type italien tous ces types régis par le même standard Ma confusion était la plus grande que je suis arrivée avec mon premier dalmatien IBERT sur les rings français, il y avait un tel manque d’homogénéité, entre des grands, des petits, des longs des courts, des museaux carrés, des museaux effilés que je me demandais où était le dalmatien se rapprochant le plus de l’idéal décrit. Cette confusion s’est donc éclaircie en allant voir les rings des autres pays d’europe. Il est nécessaire pour comparer, choisir, sélectionner et présenter les géniteurs, de les assembler régulièrement dans un même endroit. Les grands rassemblements internationaux permettent à l’éleveur, au groupe d’éleveurs ou au pays qui s’éloigne du type de s’en rendre compte et de corriger le tir. Sans ce genre de manifestation vous auriez en Europe et spécialement en France 20 types de dalmatien dans une échelle de poids allant de 20 à 50 kilos. Chaque éleveur ferait de la race ce que bon lui semble, selon ses goûts et sa vision personnelle du standard. A terme cela aboutirait à la disparition de race, le cheptel trop hétérogène se fragmenterait en une multitude de populations tellement différentes qu’elles ne pourraient plus prétendre à la même race.

Voici trois dalmatiens qui sont ceux les plus titrés ces dernières années  et qui vous donneront une idée du dalmatien se rapprochant du standard  : le premier est SPOTNIK’S SPECIAL SELECTION CHAMPION DU MONDE 2002

Le deuxième est BELL A MIR’S  ELEGANT ENVOY CHAMPION DU MONDE 2006

et le dernier ALPHADIRATO FUTURE BRAND CHAMPION DU MONDE 2010

certes le jugement est subjectif et ne reflète que l’opinion que d’un seul homme mais ces trois chiens par la multiplicité des titres qu’ils ont remportés dans toutes l’Europe, en Angleterre et pour le dernier en Australie me font retenir les caractéristiques communes de ces champions, car ce sont les meilleurs chiens. l’éleveur que je suis possédant un sens critique suffisamment développé se rend compte du chemin qui lui reste à parcourir. Le parcours de l’éleveur est dur harassant et semé d’embûches et de jalousies, il demande pour réussir obstination et opiniâtreté.

l ‘éleveur qui dénigre les expositions canines et n’en voit que le caractère frivole ou futile montre qu’il ne voit pas les impératifs et l’importance de la sélection. OUI je le dis ici et le répète, mon plaisir est d’exposer mes propres animaux nés chez moi, fruits de mon travail, images vivantes de ma propre lecture du standard que j’ amène à l’âge adulte en bonne santé et dans toute la splendeur et l’éclat de la race à laquelle ils appartiennent. Il n’y a aucun narcissisme, mais la reconnaissance d’années et d’années et de choix de sélection.

Après avoir appris depuis quelques jours à COCO à marcher en laisse sur le bord de la route, ce matin nous sommes allées au marché. Curieuse de tout elle marchait en laisse devant moi et se faufilait dansa la foule. Elle a eu des admirateurs qui l’ont caressées et elle a vu  d’autres chiens , le test a été concluant : elle n’est pas r craintive et n’a peur de rien…Nous sommes également faire une visite à la voisine où Coco a rencontré Snoopy  et Kado.231220012 150

Après ces émotions ce  fut le gros dodo.

231220012

Alimentation et soins

Votre chiot mange quatre fois par jours à 8 h, 12 h, 16 h, et 20 h du Royal canin Medium Junior.

Vous remplissez un godet que vous lui donnez, il doit manger de suite et vous retirez dès qu’il a fini la gamelle. Ne pas laisser la gamelle en libre service même si elle n’est pas terminée, lui enlever dès qu’il s’en désintéresse.

Il va arriver un moment où il ne voudra pas manger à un l’un des quatre repas, vous le passerez à trois repas jusqu’à 6 mois. A partir de 6 mois vous le passerez à deux repas sauf si le chien est au maximum du standard où on le laissera à trois repas jusqu’à neuf mois.

Le chien sera alors à deux repas pendant toute sa vie. Le plus souvent lui donner son repas après une promenade le matin et le soir.

EAU :   laisser de l’eau à boire à volonté autant  à l’extérieur que sur le lieu de couchage

Vous allez passer dans les semaines qui viennent au  Royal Canin Breed Dalmatien 25 Junior jusqu’à 15 mois.

Vous mélangez du royal canin medium junior avec du royal canin breed dalmatien 25 junior. D’abord, un quart puis moitié/moitié puis 3 /4. la transition est faite sur une semaine en surveillant que le chiot n’ait pas la diarrhée.

Après 15 mois, vous passerez au  Royal Canin Breed Dalmatien 22 en deux repas par jour. Cette alimentation se trouve ou se commande dans les animaleries et sur les sites internet.

http://www.zooplus.fr

http://www.wanimo.com/

http://www.pournosanimaux.com/

VERMIFUGE

Votre chiot sera vermifugé tous les mois jusqu’à 6 mois et tous les deux mois de 6 mois jusqu’à un an et ensuite 4 fois par an. Le vermifuge doit être changé à chaque prise : Lopatol,  Drontal,  Milemebax, Dolthène à acheter chez votre vétérinaire.

En cas de problèmes de peau :

–          Shampoing à la chlorhexidine : Douxo chlorhexidine est un shampoing désinfectant bactéricide et fongicide pour chien et chat, laboratoire SOGEVAL à acheter chez votre vétérinaire.

–       Lui faire une cure d’huile de bourrache pendant un mois 3 gelules par jours à acheter en pharmacie que l’on ajoute aux croquettes

       Une cure de Actis Zinc Pelage laboratoire SOGEVAL à acheter chez votre vétérinaire.


–          Dents : donner des os en peau de buffles, oreilles de porc et pied de porc, greenies, nerfs de bœufs, panse séchée.

Brossage du poil : gant en caoutchouc à picots.

Nettoyage des oreilles : lotion auriculaire. Elle présente en général un embout souple que l’on introduit délicatement dans l’oreille. Pour les chiens à oreilles tombantes, celle-ci doit être tenue à la verticale.

Exercez une légère pression sur la lotion, puis massez l’oreille à sa base pour faire pénétrer le produit et dissoudre les impuretés localisées au fond du conduit. Prenez ensuite du coton au bout de votre doigt et retirez l’excédent de produit.


Ne pas donner à votre chien les restes de vos repas.

Aujourd’hui il faisait 19 ° ici cet après midi et les chiots ont joué dans le jardin au soleil et après ils étaient crevés…

Image2013032120130320