Sauter la navigation

« Dès les années 1960, le développement de médecine vétérinaire nous a permis de nous adapter au développement d’examens vétérinaires de plus en plus sophistiqués.
Progressivement le décryptage du génome canin et le développement des connaissances sur les maladies héréditaires ont vu arriver sur le marché des tests prédictifs.
Nous commençons à percevoir les limites de cette approche très ciblée qui amène à considérer la sélection autour d’un organe ou d’une partie d’organe : la qualité d’un oeil,  la qualité d’une tête de hanche. Cette approche présente le défaut d’être trop orientée et de ne pas répondre à une approche zootechnique du sujet dans son ensemble. »

IL faut repérer les affections héréditaires invalidantes certes, mais il faut surtout les hiérarchiser dans ce qu’elles représentent en tant qu’infirmité.

C’est là où l’approche génomique qui permet de mettre en avant les gènes d’intérêt sur l’ensemble de l’individu présente toute son importance. Notre espoir porté par cette science est que l’on puisse un jour déterminer que tel ou tel reproducteur soit porteur de plus de gènes d’intérêt que de gènes défavorables. » Christian Eymar Dauphin Président de la Société centrale canine.

Un éleveur doit avoir l’oeil zootechnique et être capable  par des recherches auprès des ascendants, des collatéraux et sur l’éventuelle descendance du mâle qu’il compte mettre sur sa chienne d’envisager le patrimoine génétique que ce mâle est susceptible de transmettre. Travailler sur plusieurs générations permet aussi à un éleveur de visualiser le patrimoine génétique transmis génération après génération et refaire plusieurs fois le même mariage et pour moi le meilleur moyen d’avoir la meilleure visualisation des gênes d’intérêts transmis.

J’ai gardé après plusieurs mariages entre California et Angel tous les deux issus de mon élevage une chienne qui s’appelle Ice coco, elle est âgée de 5 mois. Tout ce que je recherche c’est une morphologie, des qualités morphologiques, une construction. Elle n’est même pas testée pour la surdité tout ce que je vois c’est quand je la rappelle, elle revient. CELA ME SUFFIT.  ET Tant que sa croissance ne sera pas terminée, je serai toujours dans l’expectative et c’est pour moi de première importance cette approche zootechnique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :