Sauter la navigation

Nous allons parler aujourd’hui de l’alimentation de la chienne en gestation.

 L’alimentation de la chienne au moment de la reproduction ne peut se faire avec un seul type d’aliment tout au long de la gestation car les besoins alimentaires varient. En d’autres termes différents types de rations sont nécessaires : il n’est pas possible d’ajuster la ration par une simple augmentation des quantités distribuées, il faut aussi modifier les proportions des ingrédients qui entrent dans sa composition.

Nous donnons donc un aliment gestation du premier jour des chaleurs au 42 e jour de la gestation soit le Royal Canin HT 42  avec un taux de protéine de 22 %  et un taux de matière grasse de 18 %..

Entre le 15 mars et jusqu’au 22 mars nous procéderons à une transition avec une alimentation pour préparer la chienne à la lactation. C’est le Royal canin  Medium Starter, aliment qui sera également donné aux chiots aux moments du sevrage jusqu’à la  septième semaine. C’est un aliment hyper-énergétique qui couvre les besoins de la chienne gestante en fin des gestation. Le taux de protéine est alors de 30 %. Et à un taux de matière grasse passe de  18 % à 22 %..

L’évolution des besoins nutritionnels au cours du cycle de la reproduction peut se diviser en trois périodes.

Que ce soit le mâle reproducteur ou la mise à la reproduction de la chienne, un bon départ est nécessaire.

Le chien étalon doit être en parfaite condition physique et recevoir une alimentation de qualité et équilibrée. Ce chien doit avoir un état corporel optimal, ni trop gros, ni trop maigre. Un excès de poids ou au contraire une maigreur nuira à la qualité de la semence. La peau doit être saine, sans pellicules ni croûtes et le poil bien brillant. Il est important que le chien ait une hygiène bucco dentaire rigoureuse : une maladie paradontale peut conduire à des affections à distance  par dissémination de bactéries depuis la gueule de l’animal. La prostate n’est pas épargnée dans un tel processus et elle joue un rôle important dans la phase de reproduction. 

L’aliment du chien reproducteur doit être de qualité supérieure assurant l’équilibre alimentaire et une bonne digestibilité. Si des imperfections sont supportées et n’entraînent aucun signe clinique visible, elles auront inévitablement des conséquences sur la qualité de la semence du mâle et donc sur la fertilité du chien.

 Il en est de même de la chienne que l’on souhaite voir reproduire. Elle ne doit souffrir d’aucune maladie chronique ou de toute autre affection qui pourrait gêner la gestation et la lactation et mettre sa vie en danger. L’état corporel est un élément fondamental au niveau de la fertilité (capacité de reproduction) que la profilicité (nombre de chiots vivants) Une chienne en surpoids ou trop maigre aura des paramètres de reproduction diminués par rapport aux moyennes de la race.

Deuxièment , au moment des chaleurs, la méthode qui consiste à nourrir les animaux au-dessus de leurs besoins pendant cette période pour favoriser l’ovulation, n’est pas indispensable pour la chienne. En effet, quand l’animal est en parfait état et qu’il est nourri tout au long de l’année par une nourriture d’excellente qualité, cette pratique est inutile, les excès aussi nuisibles que les carences pouvant conduire à un engraissement non souhaitable. La ration donnée à la chienne jusqu’à la cinquième semaine est une ration d’entretien.

De la cinquième semaine jusqu’à la mise bas s’édifient les deux tiers du poids des petits, il y a donc une grosse augmentation du poids des besoins. C’est également la période où la lactation se met en place. Les besoins alimentaires changent à partir de la deuxième moitié de gestation, pour assurer la croissance des fœtus et la mise en place de la lactation. Il faut  savoir que le développement des fœtus se réalise surtout au cours du deuxième mois de la grossesse : les trois quarts du poids à la naissance sont acquis après le 40e jour !

Les besoins énergétiques augmentent de 10 % à 15 %  partir de la 5e semaine. Il est donc nécessaire d’adapter la ration alimentaire, quantité et type d’aliment, en fonction de ces données physiologiques. Nous pouvons fractionner la ration en deux ou trois repas dans la journée en fin de gestation, car l’encombrement de l’utérus limite l’appétit de la chienne et sa capacité d’ingestion (l’utérus appuie sur l’estomac).. Au moment de la mise bas, la chienne mangera donc environ 50% de plus qu’au moment de l’accouplement. Le poids de fin de gestation de la chienne ne doit pas excéder environ 120 % de son poids d’entretien..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :