Sauter la navigation

Monthly Archives: mars 2011

California qui avait été vermifugé avant la saillie a été une nouvelle fois vermigugée par du Millebemax, ce médicament n’est pas nocif pour les chiennes en état de gestation. Nous allons lui donner  dans les 15 derniers jours de gestation, 60 gouttes de PVB drainage hépatique. Les médicaments de drainage ont pour but de favoriser l’élimination organique des toxines. Ils agissent sur le foie, les poumons, les reins, la peau pour faciliter l’action des médicaments de fond notamment le vermifuge.
Tous les autres chiens de la maison seront vermifugés avec du Synanthic.

Nous allons commerncer à préparer la mise bas :

Nous avions simplement donné du germe de blé à California et à Angel jusqu’au moment de la saillie et dès qu’elle a commencé à être en chaleurs. . Ces capsules d’huile de germes de blé sont un complément de Vitamine E , que l’on donne pour maintenir et augmenter la fertilité à la fois chez les mâles comme chez les femelles. La dose de maintenance est administrée à la fois au mâle et à la femelle (chiens ou chats) une semaine avant la saillie et on double la dose la veille de la saillie prévue ainsi que le jour de la saillie. Il est conseillé de continuer à supplémenter la femelle avec la dose de maintenance pendant les 3 semaines suivant la saillie pour éviter les avortements ou réabsorption de foetus.

Pendant toute la gestation et jusqu’au sevrage nous donnons à la mère de l’ostéocynésine, qui un adjuvant du calcium.

Pour préparer la femelle à l’accouchement, nous donnons des comprimés de feuilles de framboisiers. Les feuilles de Framboisier sont une aide efficace pour obtenir des mises bas faciles et rapides. Pour une efficacité maximum ces comprimés doivent être donnés aux Chiennes/chattes dès leur 3eme semaine de gestation et jusqu’à 10 jours suivant la mise bas, ceci pour aider à l’expulsion complète des débris placentaires et au nettoyage de l’utérus.

Une semaine avant la mise bas, 3 granules matin et soir d’Arnica montana 5Ch et de Caulophyllum 4 Ch favorisent la dilation du  col de l’utérus. Caulophyllum est une plante d’Amérique du Nord spécifique, ou presque, du spasme du col utérin. L’arnica Montana est donnée en prévision des traumatismes divers de la mise bas.

Publicités

 

Nous sommes actuellement au 45 e jour de gestation. L’idée selon laquelle les embryons pourraient réagir à certaines stimulations sensorielles et développer ainsi certaines caractéristiques réactionnelles et notamment émotionnelles s’est petit à petit développée et des travaux scientifiques ont permis d’en apporter la confirmation.

Par exemple une étude a été menée sur deux chiennes  Beagles âgées de 26 et 32 mois et une chienne croisée belge de 35 mois . Ces chiennes subissent tous les jours pendant cinq jours une palpation très appuyée des cornes utérines. Les foetus sont surveillés au moyen d’un échographe et on note leurs réactions lors de ces manipulations.

Les résultats obtenus montrent une agitation importante des foetus durant les 30 secondes qui suivent cette manipulation. Cette agitation motrice s’atténue progressivement à partir du troisième jour chez la plupart des foetus et disparaît chez la quasi totalité d’entre eux à partir du quatrième jour.

On peut en conclure qu’il existe une compétence tactile précoce chez ces foetus, associée à des mécanismes  d’habituation puisque la réponse va s’attenuer sous l’influence des répétitions. Il est logique de penser que cette capacité d’habituation tactile est susceptible de jouer un rôle dans l’établissement des futurs seuils de sensiblité tactile.

Une expérience a été menée pour rechercher les éventuelles réponses du chiot lorsque la mère subit un stress. Les chiennes utilisées sont les mêmes que précédemment auxquelles on ajoute une chienne caniche nain de 36 mois. Les foetus sont âges de 45 jours envrion et la stimulation n’est réalisée qu’une fois, il s’agit d’une détonation produite à l’aide d’un pistolet à amorces. Les réactions des foetus sont observées sur un écran d’échographe. Il apparaît que l’ensemble des chiots présente une modification de leur habitude qui s’accompagne de mouvements divers comprenant de succions d’un membre antérieur ou du cordon ombilical. Il semble exister une corrélation assez forte avec l’intensité de la réaction de la mère. Plus celle ci est violente, plus la réponse des chiots se prolonge.

Ces observations conduisent à souligner l’importance des situations génératrices de stress chez une femelle gestante. Visiblement ces réactions émotionnelles trouvent une résonnance chez les foetus. Il faut donc s’interroger sur un effet éventuel d’orientation émotionnelle dont les suites se manifesteraient durant le reste de la vie des chiens. Il s’agirait alors de mécanisemes allant dans le sens des travaux réalisés chez le rat et qui démontrent que des jeunes issus de femelles ayant subi un programme d’agressions systématiques durant les gestation ont des compétences sensori motrices cognitives et immunitaires signficativement inférieures à celles d’un lot témoin issu de femelles dont la gestation s’est déroulée en milieu favorable.

Nous avons donc préparé la caisse de mise bas de California, qui est un petit nid douillet et son endroit à elle. Nous lui caressons fréquemment le ventre, et elle adore cela. Elle écoute de la musique douce. Elle est tranquille.

A partir de la 6e semaine de la gestation, la croissance des fœtus va s’accélérer en prenant une allure exponentielle : les fœtus prennent 80 % de leur poids de naissance durant ces trois dernières semaines. Cette phase terminale intense génère une augmentation des besoins de la chienne que ce soit en quantité qu’en amélioration de la qualité. Elle s’accompagne également d’une augmentation de l’encombrement de l’utérus contenant les fœtus  ce qui laisse moins de place dans l’abdomen de la chienne pour l’estomac et les intestins. En fin de gestation la  croissance de des fœtus entraîne une décuplement de l’utérus et sa longueur est triplée ou quadruplée. L’utérus devient entièrement abdominal en raison de l’accroissement de son volume mais aussi de son poids qui l’entraîne vers la région du ventre, l’utérus en fin de gestation occupe une grande partie de l’abdomen et arrive en contact  du foie et de l’estomac.

Les besoins nutritionnels de la chienne augmentent alors que la place diminue dans l’abdomen. L’aliment de fin de gestation devra pour toutes ces raisons être plus concentré en énergie et en l’ensemble des nutriments. Un apport accru en matières grasses est souvent le moyen de concentrer la ration. Il permet également d’améliorer l’appétence de l’aliment.

L’apport énergétique  de l’aliment doit tenir compte de la réduction de la capacité digestive de la mère en fin des gestation et permettre la constitution de réserves glycogéniques ( stockage de glucose) chez les chiots. La constitution de ces réserves au niveau du foie des fœtus en fin de gestation nécessite un apport de glucides par la mère. Sans ces réserves, le chiot risque une hypoglycémie qui peut être mortelle. Par ailleurs, plus de 50 % du développement du fœtus t est assuré par le glucose.

Le chiot à la naissance est composé  d’environ 80 % d’eau, 15 % de protéines, de peu de matières grasses, 1,5 % et environ 2 % de minéraux. La gestation consiste donc essentiellement en un apport et un dépôt de protéines. Il n’existe pas de réserves de protéines dans l’organisme à l’inverse du glucose qui se stocke dans le foie et les muscles sous forme glycogène et les lipides(‘tissu adipeux). Toutes les protéines ont une fonction dans l’organisme. En cas de carence protéique de la chienne, la croissance des chiots se fera quand même mais au détriment de la chienne qui verra ses muscles fondre. La visualisation des vertèbres (colonne vertébrale signe une carence énergétique et/ou protéique.

Sans compromettre la vie de la chienne, ce phénomène compromet celle de ses chiots, et les capacités ultérieures de la mère à assurer une lactation. Il est donc impératif d’augmenter l’apport de protéines de la chienne en fin de gestation.

L’alimentation donnée à la femelle gestante dans les dernières semaines doit comprendre :

  • Une quantité d’énergie accrue car la femelle brûle plus de calories pendant sa grossesse qu’habituellement.
  • Des lipides (matières grasses) en quantité augmentée car c’est eux qui fournissent une bonne partie de l’énergie nécessaire. Ces lipides sont d’origine très variée ce qui confère aux croquettes une diversité importante en acides gras essentiels.
  • Des protéines à un taux également plus élevé : ces dernières servent surtout pendant la deuxième moitié de la gestation pour amorcer la croissance fœtale et débuter la production de lait.
  • Des minéraux et des vitamines en quantités équilibrées : comme un chiot pendant la croissance, la mère a besoin de calcium et de phosphore pour permettre la bonne formation des squelettes de ses petits. Si on ne lui fournit pas assez de minéraux dans son alimentation, la chienne va puiser dans ses propres réserves et ceci peut avoir de graves conséquences sur sa santé : affaiblissement, amaigrissement, crise de tétanie (crise due à une forte carence en calcium) et sur celle de ses petits : mauvais développement, carences nutritionnelles, etc…

Nous avons choisi le Royal Canin Medium Starter à base de viandes de volaille déshydratées, riz, graisses animales, isolat de protéine végétale LIP*, maïs, pulpe de betterave, protéines animales hydrolysées, minéraux, huile de poisson, huile de soja, fructo-oligo-saccharides, sel d’acide gras, hydrolysat de levure (source de manno-oligo-saccharides et de bêta-glucans), poudre d’oeufs, extrait de rose d’Inde (source de lutéine).
* L.I.P.: protéine sélectionnée pour sa très haute digestibilité.

 Il faut noter également que le développement psychique et la familiarisation au monde extérieur du foetus commence vers la 6éme semaine, quelquefois un peu plus tôt, quelquefois un peu plus tard (+- 5 jours disons). Cette familiarisation est basée sur deux choses :
– Une perception des bruits sous forme de vibrations, notamment celles de basses fréquences (sons graves). Le liquide amniotique « filtre » une partie de la bande passante pour ne laisser subsister que les fréquences perceptibles par des vibrations (donc relativement lente) et en amorti le niveau.
– Une perception olfactive par le liquide amniotique qui est « parfumé » selon l’alimentation que la mère reçoit et a reçu pendant les 2 à 3 mois précédents.
– Après la naissance (juste après), une perception olfacto-gustative du lait. Le chiot reconnaît « l’odeur » du liquide amniotique au travers du lait puis celle des mamelles et simultanément, « découvre » un monde extérieur « connu » au travers de cette perception.
– C’est la raison pour laquelle, un chiot refuse toujours systématiquement le biberon lors du premier (ou des premiers) essais. Pour éviter cela ou faciliter la prise de lait maternisé, il est bon de mélanger avec les premiers biberons, du lait maternel (ça aide aussi à une meilleure transition ou accoutumance) et poser un peu de lait maternel sur la tétine.

Les chiots retrouveront donc à la dans le lait maternel à la mamelle la perception olfacto-gustative qu’ils ont constaté dans le liquide amniotique et qu’ils retrouveront au moment du sevrage puisque ce sont les mêmes croquettes qui nourrissent la mère du 42e jour de gestation jusqu’au sevrage et jusqu’à sept semaines. La huitième semaine sera une période de transition pour passer à l’alimentation croissance medium junior de Royal canin qu’ils conserveront jusqu’à un an.

 De multiples observations réalisées chez les vertébrés et les invertébrés ont montré que certaines substances alimentaires présentes dans le régime de la femelle seront ensuite activement recherchées par sa progéniture et serviront de critère de reconnaissance des aliments.

Dans livre « Pathologie du comportement chez le chien », le docteur Pageat  décrit  le parcours de 4 chiennes gestantes partagé en deux lots.

Dans le premier composé de trois chiennes, l’alimentation comprend quotidiennement 20 gouttes d’essence de thym, tandis que le second reçoit le même aliment sans essence de thym.

Au moment de la naissance, les chiots sont placés sur le ventre de la mère dont une mamelle sur deux est imbibée d’essence de thym. O note pour chaque chiot la mamelle spontanément choisie. A l’exception d’un chiot, tous ceux qui sont issus de lot  « test » recherchent l’essence de thym, tandis que pour ceux issus du lot témoin, ce paramètre ne semble pas influencer le choix. Lorsqu’il entre en ligne de compte, il joue un rôle répulsif. Il semble bien qu’il soit possible d’orienter le goût des chiots en fonction du régime alimentaire de la mère.

Nous sommes dans la période foetale depuis le 35 e jour. Il y a maintenant apparition des noyaux diaphysaires de l’humérus, du radius, du fémur et du tibia.

Vers 30 jours la longueur directe du foetus est de 23 mm
Vers 32 jours apparaissent les paupières qui se souderont à 40 jours
Vers 32 ou 33 jours apparaissent les follicules plieux tactiles sur les lèvres et les paupières
A 33 jours il y a soudure du palais
A 35 jours il y a différenciation des doigts et des organes génitaux externes
Longueur directe du foetus 40 mm
a 38 jours il y a développement des poils tactiles sur les lèvres et les paupières
A 40 jours il y apparition des griffes
A 45 jours les poils commencent à couvrir le coprs et la pigmentation cutanée apparaît
Longueur totale du foetus 8 à 9 cm
A 53 jours le corps est complètement couvert de poils et les tubercules digités sont présents

 

Nous allons parler aujourd’hui de l’alimentation de la chienne en gestation.

 L’alimentation de la chienne au moment de la reproduction ne peut se faire avec un seul type d’aliment tout au long de la gestation car les besoins alimentaires varient. En d’autres termes différents types de rations sont nécessaires : il n’est pas possible d’ajuster la ration par une simple augmentation des quantités distribuées, il faut aussi modifier les proportions des ingrédients qui entrent dans sa composition.

Nous donnons donc un aliment gestation du premier jour des chaleurs au 42 e jour de la gestation soit le Royal Canin HT 42  avec un taux de protéine de 22 %  et un taux de matière grasse de 18 %..

Entre le 15 mars et jusqu’au 22 mars nous procéderons à une transition avec une alimentation pour préparer la chienne à la lactation. C’est le Royal canin  Medium Starter, aliment qui sera également donné aux chiots aux moments du sevrage jusqu’à la  septième semaine. C’est un aliment hyper-énergétique qui couvre les besoins de la chienne gestante en fin des gestation. Le taux de protéine est alors de 30 %. Et à un taux de matière grasse passe de  18 % à 22 %..

L’évolution des besoins nutritionnels au cours du cycle de la reproduction peut se diviser en trois périodes.

Que ce soit le mâle reproducteur ou la mise à la reproduction de la chienne, un bon départ est nécessaire.

Le chien étalon doit être en parfaite condition physique et recevoir une alimentation de qualité et équilibrée. Ce chien doit avoir un état corporel optimal, ni trop gros, ni trop maigre. Un excès de poids ou au contraire une maigreur nuira à la qualité de la semence. La peau doit être saine, sans pellicules ni croûtes et le poil bien brillant. Il est important que le chien ait une hygiène bucco dentaire rigoureuse : une maladie paradontale peut conduire à des affections à distance  par dissémination de bactéries depuis la gueule de l’animal. La prostate n’est pas épargnée dans un tel processus et elle joue un rôle important dans la phase de reproduction. 

L’aliment du chien reproducteur doit être de qualité supérieure assurant l’équilibre alimentaire et une bonne digestibilité. Si des imperfections sont supportées et n’entraînent aucun signe clinique visible, elles auront inévitablement des conséquences sur la qualité de la semence du mâle et donc sur la fertilité du chien.

 Il en est de même de la chienne que l’on souhaite voir reproduire. Elle ne doit souffrir d’aucune maladie chronique ou de toute autre affection qui pourrait gêner la gestation et la lactation et mettre sa vie en danger. L’état corporel est un élément fondamental au niveau de la fertilité (capacité de reproduction) que la profilicité (nombre de chiots vivants) Une chienne en surpoids ou trop maigre aura des paramètres de reproduction diminués par rapport aux moyennes de la race.

Deuxièment , au moment des chaleurs, la méthode qui consiste à nourrir les animaux au-dessus de leurs besoins pendant cette période pour favoriser l’ovulation, n’est pas indispensable pour la chienne. En effet, quand l’animal est en parfait état et qu’il est nourri tout au long de l’année par une nourriture d’excellente qualité, cette pratique est inutile, les excès aussi nuisibles que les carences pouvant conduire à un engraissement non souhaitable. La ration donnée à la chienne jusqu’à la cinquième semaine est une ration d’entretien.

De la cinquième semaine jusqu’à la mise bas s’édifient les deux tiers du poids des petits, il y a donc une grosse augmentation du poids des besoins. C’est également la période où la lactation se met en place. Les besoins alimentaires changent à partir de la deuxième moitié de gestation, pour assurer la croissance des fœtus et la mise en place de la lactation. Il faut  savoir que le développement des fœtus se réalise surtout au cours du deuxième mois de la grossesse : les trois quarts du poids à la naissance sont acquis après le 40e jour !

Les besoins énergétiques augmentent de 10 % à 15 %  partir de la 5e semaine. Il est donc nécessaire d’adapter la ration alimentaire, quantité et type d’aliment, en fonction de ces données physiologiques. Nous pouvons fractionner la ration en deux ou trois repas dans la journée en fin de gestation, car l’encombrement de l’utérus limite l’appétit de la chienne et sa capacité d’ingestion (l’utérus appuie sur l’estomac).. Au moment de la mise bas, la chienne mangera donc environ 50% de plus qu’au moment de l’accouplement. Le poids de fin de gestation de la chienne ne doit pas excéder environ 120 % de son poids d’entretien..

Voici une photo de California lors de sa promenade cet après midi. Elle a toujours des activités, une promenade le matin et une promenade le soir tranquille.

Nous sommes à la moitié de la gestation de California qui est bien gestante après confirmation par une échographie. Voici deux photos des ampoules embryonnaires. L’embryon mesure 19mm. Las paupières et les oreilles externes sont formées, ainsi que les poils tactiles sur le museau et les sourcils. Les doigts des membres thoraciques sont distincts.

A ce stade l’échographie permet d’évaluer le nombre de chiots. On verra pas exemple si la portée est nombreuse ou bien si au contraire il n’y a qu’un chiot ou deux voir six ou sept. Ce n’est qu’une estimation car la taille des foetus est très petite, un ou deux chiots peuvent être cachés par les autres. Le nombre de futurs chiots est donc en général sous estimé.

Mais faire faire un tel diagnostic échographique de gestation vers la fin du premier mois est un acte très utile. Il permet de confirmer la gestation et donc de s’organiser en vue de la mise bas, il renseigne sur l’importance numérique de la portée et permet donc d’ajuster l’alimentation de la chienne.

Et surtout ainsi renseignés, l’éleveur sait si la chienne attend des petits ou si elle fait une grossesse nerveuse si les mamelles se développent. Il ne s’inquiète pas inutilement si aucun chiot ne vient puisque la chienne est en réalité « vide ».

Inversement si l’éleveur sait que la chienne est pleine, il pourra faire intervenir le vétérinaire dans des délais suffisants si la chienne n’a toujours pas mis bas après une date donnée qu’il calcule 60 jours après la saillie avec un dosage de progestérone lors de la saillie de plus 20 ng/ml.

Voici quelques photos du développement de l’embryon

d’abord au moment où il va se fixer dans l’utérus

Puis son développement au 25e jour

 
et son développement dans les jours prochains au 39e jour

 

Nous sommes au 27 e jour de gestation et nous sommes dans la période embryonnaire jusqu’au 35 e jour.

Nous continuons à donner à California de l’ostéocynésine vétérinaire qu’elle prendra jusqu’au sevrage des chiots.

Acutellement l’embryon se présente de cette façon dans le ventre de California

Les annexes  foestales ou membranes feotales permettent à l’embyron de se fixer dans l’utérus, de s’y transformer en foetus et de s’y développer jusqu’à la naissance. Ce sont de véritables organes transitoires qui sont expulsés avec le nouveau né au moment du part (mise bas). Les membranes foetales dérivent  des parties du blastocyste qui n’appartiennet pas à l’embryon. Deux d’entre elles sont de véritables enveloppes, la plus externe le chorion et la plus profonde l’amnios. Deux vésicules  les complètent le sac vitellin et l’allantoide.

Le tout est rattaché à l’embyron par le cordon ombilical.
Le chorion est l’enveloppe foetale la plus externe: il contient toutes les autres annexes foetales et le foetus. C’est sa partie moyenne  qui avec la muqueuse utérine forme le placenta.

Le placenta est un organe qui au cours de gestation assure après l’implantation de l’utérus les échanges vitaux entre les circulations foetale et maternelle. Il comporte une partie foetale et une partie maternelle. Son organisation caractéristique n’est réalisée chez la chienne que vers le milieu de la gestation. Il est zonaire parce qu’il affecte la forme d’une ceinture villeuse entourant la partie moyenne du conceptus dont les extrémités restent lisses et libres et forment un paraplacenta ou placenta non villeux.

Les circulations foetale et maternelle constituent deux réseaux distincts étroitement imbriqués mais tout à fait indépendants. Il n’y a jamais mélange des deux sangs sauf exception. Le réseau foetal est alimenté par les divisions des artères ombilicales qui amènent le sang appauvri. Les veines ombilicales ramènent du placenta à l’embryon et au foetus le sang oxygéné et enrichi.

Le placenta est un organe doué d »une activité intense. Grâce à la circulation très active dont il est le siège, il assure tous les échanges nutritifs, gazeux entre la mère et les foetus0 C’est à la fois un poumomn, un intestin, un rein. Le placenta constitue également une barrière de protection contre la pénétration de certaines bactéries ou virus et enfin une véritable glande endocrine capable de synthétiser des hormones.

L’amnios est l’enveloppe foetale la plus interne. Il enferme le foetus lui délimitant une cavité amniotique remplie du liquide amniotique.

La quantité de liquide amniotique augmente régulièrement dans les deux premiers tiers de la gestation. En fin de gestation, on compte par foetus, 50 à 60 ml de liquide amniotique. Celui-ci d’abord transparent devient en fin de gestation trouble et blanchâtre. Il peut contenir à ce moment des débris épidermiques, des poils, et les premiers excréments du foetus.

L’amnios et son liquide ont essentiellement un rôle protecteur pour le foetus. Celui-ci flotte dans le liquide amniotique et son poids relatif s’en trouve ainsi réduit. Il est en plus protégé en cours de gestation, des chocs, des compressions foetales. Le liquide amniotique enfin lors de la mise bas, lubrifie les voies génitales de la chienne et facilité l’expulsion du nouveau né. Les chiots naissent enveloppés de l’amnios plus ou moins rompu lors de son passage dans la filière pelvienne. La mère va immédiatement après l’expulsion du chiot le lécher afin de le libérer du reste de l’amnios.

placenta de chienne

Tout ce descriptif est important pour l’éleveur. En effet, le chiot à la naissance naît entouré d’une poche et, on le sait avant sa sortie, il y en en effet rupture d’un autre sac (on parle de rupture de la poche des eaux. Tout ceci s’explique par l’anatomie des annexes feotales.
En schématisant, le futur chiot est tout d’abord entouré d’un sac de faible volume, l’amnios dans lequel il baigne complètement et où il bouge.
L’amnios baigne lui même dans une autre poche d’un volume bien plus grand l’allantoide qui est la poche des eaux décrites plus haut.
Le placenta véritable lieu d’échange entre la chienne et le foetus forme une bande circulaire on parle de placenta zonaire. Ce placenta est chargé d’un pigment vert foncé, l’utéroverdine. A la naissance lorsque les placentas se décollent, on observe à la vulve l’écoulement d’un liquide verdâtre ou les chiots sont eux mêmes verts. C’est tout à fait normal.