Sauter la navigation

Monthly Archives: juillet 2008

Nous étions donc au Portugal les 26 et 27 juillet dernier. Nous avions emmené Ultra Smart de la Tour de la Bastide appartenant à Edouard Samarut. Ultra Smart a fait le CAC Meilleur de Race et troisième du groupe 6 le samedi avec le juge irlandais Zvi Kupferberg et la juge anglaise Joyce O’Connor et le dimanche, le CAC CACIB Meilleur de Race avec le juge slovaque Stefan Stefik.
Ultra Smart a déjà obtenu un CAC CACIB à Castres en novembre 2006, il a obtenu dernièrement à Medina de Pomar en Espagne un CAC CACIB le 22 juin 2008. Nous nous occuperons en septembre d’obtenir le dernier CACIB pour qu’il soit champion international. Il est issu de la même combinaison génétique que sa soeur Ultra Marine de la Tour de la Bastide championne Internationale d’Espagne et du Portugal et de son autre soeur la championne du Portugal All my Pride de la Tour de la Bastide. Leur mère à tous les trois est notre merveilleuse petite chienne Starlight de la Tour de la Bastide, un amour de dalmatienne qui comme le nom qu’elle porte a ses yeux sombres malicieux plein d’étoiles.
Dark Angel âgé de six mois et demi a fait Meilleur Puppy les deux jours, et nous l’avons présenté le samedi sur le ring d’honneur où il a fait meilleur puppy du groupe 6.
California a remporté le CAC le samedi.
Nous avons pris des photos le dimanche après midi après l’exposition sur une falaise surplombant la mer à quelques kilomètres de Sao Joao das Lampas lieu où se déroulait l’exposition.
Nous aimons beaucoup le Portugal, les habitants sont très accueillants, beaucoup parlent français, les paysages sont superbes, il reste beaucoup de coins encore sauvages. Il y a un réseau routier très moderne, beaucoup de parcs naturels pour faire des balades et des randonnées. Il est facile de circuler avec un bon GPS et puis bien sûr il y a un passé historique riche et surprenant surtout dans l’architecture. Pour nous c’est la destination idéale pour faire du tourisme et participer en même temps à une ou deux expositions canines.
Publicités
Voici un article lu dans le journal "la Revue technique du chien"
La couverture d’un nouveau magazine en France au titre aguicheur " arrondir ses fins de mois" propose à ses lecteurs d’acquérir une chienne de race qui permettra par la suite de vendre les chiots un bon prix. Malheureusement ce genre d’accroche publicitaire risque de séduire les particuliers en mal de "bons plans".
Il serait temps de légiférer davantage dans le domaine de la commercialisation des animaux de compagnie afin d’éviter de voir fleurir ce genre d’idées saugrenues qui portent atteinte aux éleveurs professionnels et amateurs passionnés et sérieux. Elles ouvrent la voie à un marché déloyal et à une production très souvent de piètre qualité.
 
En réaction à la Une d’un magazine qui assure que tout particulier peut facilement arrondir ses fins de mois – entre 600 et 1000 euros de bénéfice- Hélène Denis, présidente du Club du Bulldog Anglais, remet quelques pendules à l’heure dans la "Revue Technique du Chien".
 
Si les éleveurs devenaient riches, il y a longtemps que cela se saurait….L’élevage est une passion qui ne peut pas rapporter gros.
On aurait tendance à oublier ou à faire croire que les dépenses ne sont pas nombreuses lorsqu’on entend sélectionner une race de manière correcte et digne. Ainsi au rang de ces dépenses, il faut compter l’achat d’une chienne puis sa nourriture pendant dix ans en moyenne, son entretien, ses vaccins, les frais vétérinaires. Cela ne s’arrête pas là, car il y a aussi les dépenses liées à l’élevage d’une portée : confirmation de la chienne, indemnité saillie pour le propriétaire du mâle ou un chiot donné, voyage pour rencontrer le mâle, nourriture spéciale pour  la chienne,  nourriture pour les chiots, vermifuge, vaccins, identification, produits d’entretien pour les locaux, inscription au LOF, mise bas plus ou moins faciles selon les races.
 
L’éleveur occasionnel qui élève une portée unique avec sa chienne a bien entendu des dépenses réduites, mais ne possède pas les installations qui lui permettront d’élever sa portée dans de bonnes conditions ( ne parlons pas de l’élevage en appartement et du "cirque" qu’une portée peut faire lorsqu’on ne possède pas de lieux adéquats. D’autre part, il n’y a aucune sélection, les chiots sont bradés pour s’en débarrasser rapidement. Rien à voir avec l’éleveur qui sélectionne et court chaque week end en expositions : ses frais sont énormes. Enfin, il ne faut pas oublier les taxes professionnelles auxquelles sont assujettis les éleveurs, mais auxquelles échappent les particuliers " apprentis éleveurs".
Faire croire que l’on peut facilement gagner de l’argent en achetant une chienne de race pour lui faire faire des petits et non seulement une aberration, mais va totalement à l’encontre du respect et du bien être animal.
Un coup de chapeau à Bel A Mir’s Elegant Envoy déjà champion du monde à Posnan en Pologne en novembre 2006, champion d’Europe à Zagreb en Coatie en juin 2007, et dimanche  5 juillet 2008 une nouvelle fois champion du monde à Stocklom en Suède. Les trois fois il est meilleur de race.
Evidemment, il n’a rien à voir avec les dalmatiens que l’on trouve ici en France. Ce n’est aucunement une question de goût, il y a un standard et il faut y coller et y tendre et Bel A Mir’s Elegant Envoy qui est né au Danemark répond parfaitement à la définition du standard : "le dalmatien est un chien harmonieusement proportionné, qui se distinguent par ses taches nummulaires qui frappent l’oeil. Il est vigoureux, musclé et vif, d’une silhouette symétrique aux lignes pures. Il n’est ni grossier ni lourd, et en tant qu’ancien chien de coche, il peut faire preuve de beaucoup d’endurance à vive allure."
 Bel A Mir’s Elegant Envoy