Sauter la navigation

Par  Isabelle Mériot Séminaire de la S.F.C. MARCY L ETOILE

Passionnée par la communication inter-espèces, cela fait maintenant plusieurs années que je me documente sur le sujet et que j’observe attentivement mes chiens et mes contemporains ! En m’appuyant sur les travaux de Boris CYRULNIK (neurologue, psychiatre, psychanalyse, éthologue), je voudrais vous faire partager une de ces approches du couple humain/chien.

  Qui n’a jamais entendu l’expression « tel maître tel chien ? » CYRULNIK écrit « l’animal de compagnie » est un symptôme de pathologie psychiatrique. Dès l’instant qu’on tisse des liens d’attachement entre humains et animaux, chacun peut devenir le symptôme de l’autre. Et comme c’est le propriétaire qui a le monde mental le plus riche, il l’exprime souvent à son insu et cela façonne une partie du comportement de l’animal. C’est ainsi que les animaux de compagnie deviennent des symptômes des troubles psychiatriques dont peuvent souffrir les propriétaires. Chaque propriétaire de chien devrait toujours avoir cela à l’esprit car ils sont sensibles aux moindre de nos humeurs et de nos comportements. Quand un chien développe une pathologie (alimentaire, dermatologique, gastrique, etc.) bien que la cause puisse n’en être qu’organique, je crois que vous devez toujours vous demander si un facteur psychologique n’entre pas en jeu et surtout ne provient pas de nous.

  Je pense que nous façonnons le comportement de nos chiens et ce bien souvent à notre insu. Je suis bavarde et mes chiens aussi ! de la même manière je suis très sereine et mes dobermans ainsi que mes autres chiens sont particulièrement calmes. Tout propriétaire de chien est capable de dire en quoi son ou ses chiens lui ressemblent. Dans un entretien à une radio québécoise entre Karine Lou Matignon et Boris CYRULNIK, il ressort que les éthologues cliniciens et les vétérinaires ont fait le constat que la pensée du propriétaire peut façonner le comportement et le développement biologique du chien. Certaines personnes attendent que le chien défende la maison. Ils développent une peur relative de l’environnement qui va être perçu par l’animal. Face à cette émotion enregistrée par différents canaux, le chien va adopter une attitude menaçante que les propriétaires vont analyser comme un comportement de défense de la maison. Ce n’est pas de la transmission de pensée, c’est de la matérialisation de pensée. Dans certaines pathologies comme les maladies maniaco-dépressives, où les gens sont tantôt euphoriques tantôt mélancoliques, jusqu’à se sentir responsable de toutes les plaies du monde, on voit que le chien s’adapte impeccablement à l’humeur du propriétaire. Quand le propriétaire est gai, il va se mettre à aboyer, gambader, quand il est triste, le chien ne bouge pas, il se met à trembler.

  Le chien qui vit dans un monde de sympathie est hypersensible au moindre indice émis par le corps du propriétaire adoré. C’est donc bien une matérialisation de la pensée humaine transmise au chien qui façonne ce dernier.  Les vétérinaires montrent chez des chiens, des troubles d’hypertension, d’ulcères hémorragiques gastriques, de dermatoses suppurantes…..de graves maladies dont le point de départ se situe dans la pensée du propriétaire. On rencontre souvent le cas d’un chien choisi pour remplacer le précédent décédé. De même couleur, de même race, on lui attribue la même place à la maison, parfois à l’identique. Que se passe-t-il ? l’animal souffre de la comparaison affective de son propriétaire avec le disparu au point de tomber malade. Comment peut-il en effet se sentir valorisé ? Quoi qu’il fasse, il est moins beau que l’absent, moins performant, sans cesse comparé au disparu idéalisé. Il et bien connu que seuls les morts commettent aucune faute. L’histoire du propriétaire et la représentation mentale qu’il a de son chien transmettent à l’animal des signaux contradictoires, incohérents. Il devient impossible pour lui de trouver et d’utiliser un comportement clair avec son maître. Ces émotions vont fabriquer des troubles métaboliques et, à long terme des maladies organiques ou des comportements altérés. Un symptôme est une proposition de communication, le chien se lèche la patte jusqu’au sang, se réfugie derrière un meuble, présente des troubles sphinctériens gastrites, une hyper vigilance avec tremblements, etc. la guérison du chien passe par une restructuration de l’imaginaire du propriétaire qui doit faire le deuil de premier chien et envisager le second comme différent.

  Je suis intimement convaincue que notre imaginaire concourt réellement à l’état de nos chiens. Je vais vous raconter une anecdote personnelle : quand j’ai commencé à appeler mon husky de 6 ans « le vieux » , il l’est devenu ! Quand je me suis aperçue de cela, ce qui m’a demandé de nombreux mois, j’ai fait un effort mental pour essayer de modifier la perception que j’avais de mon chien et son état s’est grandement amélioré. Sa nourriture n’avait pas changée, son environnement non plus, mais à 9 ans il est maintenant en pleine forme.

 Certes une telle prise de conscience peut être culpabilisante : toute maladie est-elle de notre faute ? sans tomber dans l’extrême et s’auto accuser de tout, il serait bon que chaque propriétaire de chien pense qu’un animal peut souffrir d’une situation uniquement humaine. Et que quand une pathologie reste rebelle à un traitement on peut se demander dans quelle mesure elle ne reflète pas un conflit, un mal être, un problème du maître.

  Toutes les interviews des Tops Models le disent à longueur de colonnes : certes elles sont belles, mais ce n’est pas suffisant pour arriver au pinacle de la célébrité. Ce qui fait la différence entre elles et les autres ce n’est pas le physique ( à peu de choses près elles sont toutes parfaites) mais c’est le mental. Les Tops pensent qu’elles sont les plus belles. Elles y croient ! Et cette foi en persuade les autres. Pour qu’un chien ait de la présence sur un ring d’expo on dit souvent qu’il faut qu’il soit cabochard et cabotin (certains vont même jusqu’à employer le terme de névrosé), et c’est vrai. Je l’ai constaté de nombreuses fois. Le chien aime être là, il pose et semble goûter la présence de la foule et les compliments. Mais j’ai aussi remarqué que le maître du chien aimait qu’il ait ce comportement là, j’ai toujours ressenti une synergie entre l’humain et son chien. Celui qui ne croit pas en son chien, ne peut demander à ce dernier de croire en lui-même et donc de se présenter fièrement.

  En résumé, et bien que mon propos puisse vous sembler étrange, votre chien qu’il soit d’utilité ou de simple compagnie, vit autant dans votre imaginaire que dans votre jardin. La pensée que vous avez à son égard le construit, le façonne et influe directement sur sa vie. Plus un chien est sensible et plus il va jouer les « éponges » inconscientes auprès de son maître se chargeant de ses névroses. Je ne parle même pas de l’idée que le propriétaire a de la race à laquelle appartient son chien et des attentes qu’il peut avoir vis-à-vis de l’animal qui dans notre société est devenu un véritable délégué narcissique ! Un chien que l’on a longtemps attendu, et qu’on s’est bien souvent représenté, se projetant dans l’avenir et imaginant la relation que l’on va avoir avec lui. Mais le chiot qui ne sait rien de tout cela va se retrouver lancé dans un monde inconnu, et il va très vite devoir comprendre ce que l’on attend de lui et quel rôle sera le sien. Rien de si simple, d’autant que l’on considère que parfois le maître lui-même n’a pas conscience de tout ce qu’ il demande à son chien.

  Quant au chien de travail, si le travail de l’éleveur est primordial ainsi que les ascendances génétiques, c’est le maître de l’animal qui conditionne ce dernier au travers de la représentation qu’il en a et ce, au-delà de ce qu’il imagine, et qui est le véritable artisan de la qualité relationnelle entre son animal et lui. 

 Isabelle Mériot Séminaire de la S.F.C à MARCY l’ETOILE 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :