Sauter la navigation

  UNE HISTOIRE TRISTE
Je ne me souviens plus de l’endroit où je suis née. C’était un endroit triste et sombre et on n’avait aucun contact avec l’homme. Je me souviens de ma mère et de son doux pelage, mais elle était souvent malade et elle était très maigre. Elle n’avait presque pas de lait pour moi et pour mes frères et sœurs. Je me rappelle que beaucoup sont morts et ils me manquaient.

    Je me rappelle comme si c’était hier, du jour où l’on ma séparée de ma mère. J’étais si triste et j’avais si peur, mes dents de lait commençaient à percer. En fait, j’aurai encore dû rester près de ma mère, mais elle était si malade. Et puis, les humains répétaient continuellement qu’ils avaient besoin d’argent et qu’ils en avaient assez de nettoyer les saletés de ma petite sœur et de moi. Nous avons été mises en cage et changées d’endroit. Rien que nous deux. Nous nous sommes blotties l’une contre l’autre. Nous avion si peur. Personne nous caressait.

     Tant de choses à voir, tant de bruits, tant d’odeurs. On nous a amenées dans un magasin où il y avait plein d’animaux. Certains miaulaient ! Certains piaillaient ! Nous avons été mises dans une petite cage. J’entendais d’autres chiots. Je voyais des gens nous regarder. J’aimais bien les petits des gens, ils me semblaient gentils et amusants. Ils voulaient même jouer avec moi !

    Nous passions des journées entières dans cette petite cage. Parfois des gens bizarres frappaient au carreau et nous faisaient peur. Parfois on nous sortait de la cage pour que des gens nous tiennent ou simplement pour nous regarder. Certains étaient gentils, d’autres nous faisaient mal. Souvent, ils disaient « oh….comme ils sont mignons ! j’en voudrai un ! », mais jamais personne ne nous emmenait.

     Ma petite sœur est morte la nuit dernière ; il faisait noir dans le magasin. J’ai posé la tête sur son doux pelage et je sentais la vie la quitter. J’avais entendu qu’elle était malade et qu’on me vendrait à un prix avantageux pour que je quitte le magasin. Lorsqu’on a sorti le petit corps sans vie de ma petite sœur pour être jeté, j’ai hurlé de douleur.

     Aujourd’hui, une famille m’a achetée ! Quel beau jour. Ils sont gentils, vraiment, ils me voulaient tant ! Ils m’ont acheté une gamelle et de la nourriture et la petite fille me tenait si tendrement dans ses bras. Je l’aime tant. Le monsieur et la dame m’ont dit que j’étais un gentil chiot ! Ils m’ont appelé Angel. J’aime leur donner de petits coups de langue.

     La famille s’occupe bien de moi. Ils sont si gentils et si doux. Ils m’ont appris les bonnes manières. Ils me nourrissent bien et me donnent beaucoup d’amour ! Je ne vis que pour leur faire plaisir. J’aime la petite fille et j’adore jouer et gambader avec elle.

Aujourd’hui je suis allée chez le docteur. Un endroit bizarre et qui me fait peur. J’ai reçu quelques piqûres, mais ma meilleure amie, la petite fille m’a tenue tendrement dans ses bras et m’a dit que tout allait bien. J’étais rassurée. Le vétérinaire a dû dire quelque chose de triste, car ma famille chérie paraissait désemparée. J’ai entendu quelque chose comme dysplasie de la hanche et problème cardiaque. Plus tard, des mots comme « marchands de chiens «  et géniteurs non contrôlés ». Je n’ai rien compris et la tristesse de ma famille m’a fait mal. Mais ils m’aiment toujours et moi aussi je les adore !

     J’ai six mois maintenant. Alors que la plupart des chiots sont forts et robustes et ne pensent qu’à jouer des deux fous, moi, chaque mouvement me fait souffrir atrocement. La douleur ne me quitte jamais. J’ai mal quand je marche et quand je veux jouer avec ma petite amie. J’ai dû mal à respirer. Je fais ce que je peux pour être forte, comme je devrais en principe l’être, mais c’est si difficile. J’ai mal au cœur quand je vois comme elle est triste. Parfois, j’entends le monsieur et la dame dire « peut être le moment est-il venu…. »

     Je vais régulièrement chez le vétérinaire, mais les nouvelles ne sont pas bonnes. Il parle de problèmes héréditaires. Je n’aspire qu’à sentir la chaleur du soleil, jouer, courir et être câlinée par ma famille.

    La nuit dernière la douleur a été intenable. La douleur fait partie intégrante de ma vie, mais maintenant même me relever pour aller boire, me fait souffrir. J’essaye de me relever, mais je ne peux que gémir doucement. On me porte une dernière fois dans la voiture. Tout le monde est si triste et je ne comprends pas. Ai-je été méchante ? Je fais pourtant tout mon possible pour être sage. Qu’est ce que j’ai bien pu faire de mal ? Oh, si seulement cette satanée douleur pouvait cesser. Si seulement je pouvais sécher les larmes de ma petite amie. Je m’étire pour lécher sa main, mais la douleur m’en empêche et hurle de mal.

    La table du vétérinaire est si froide. J’ai si peur. Les gens me caressent et me cajolent et ils pleurent doucement dans mon pelage. Je sens leur amour et leur chagrin.

     J’arrive à leur lécher la main. Même le vétérinaire n’arrive plus à me faire peur. Il est gentil et la douleur est moins forte. La pauvre petite fille me tient tendrement et je la remercie pour tout l’amour qu’elle m’a donné. Je sens une petite piqûre dans ma patte. La douleur commence à me quitter, je me sens apaisée. J’arrive maintenant à donner de petits coups de langue.

Je commence à rêver, je vois ma mère et mes petits frères et sœurs quelque part très loin dans un monde tout vert. Ils me racontent que là bas il n’y a plus de douleur. Il n’y a que joie et bonheur. Je fais des adieux à ma famille de la seule façon que je connaisse, je bats doucement de la queue et je renifle. J’avais espéré rester longtemps avec eux mais le destin en a décidé autrement. J’entends encore le vétérinaire dire : «les chiots vendus dans ces magasins ne viennent pas d’éleveurs consciencieux. ».

 

 

 

One Comment

  1. C\’est vraiment triste , en lisant ton histoire j\’ai versé une petit larme … Il ne me faut pas grand chose mais la facon dont c\’est ecrit , enfin  elle aura été heureuse avec vous ! Bisoux


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :